Tout le monde peut avoir des troubles d’humeur suite à un évènement qui nous a vraiment marqué comme la mort d’un proche, séparation du conjoint, voire un accident. Pourtant, face à l’avènement du vieillissement, le trouble de l’humeur devient une chose quasiment inéluctable, d’autant plus chez les personnes du 3ème âge. Ce trouble d’humeur se présente sous diverses formes.

A partir de quel âge situe-t-on le 3ème âge ?

Le 3ème âge se situe généralement entre 50 et 65 ans, mais il peut varier d’une société à une autre ou d’un pays à un autre, suivant l’évolution de la pyramide des âges du pays. Sur le marché du travail, le 3ème âge représente un mauvais et un bon aspect. D’un côté, il correspond à une cessation d’activité, c’est-à-dire la fin de la carrière professionnelle.

Pour certaines personnes, cela leur présente un chômage et une attente car à 62 ans, l’âge légal de départ à la retraite, elles ne subissent pas encore d’incapacités physiques ou intellectuelles. Hormis cela, c’est la bonne nouvelle car cela peut les offrir des possibilités de vivre plus vieux en toute sérénité avec toutes leurs mutuelles cotisées durant leurs activités.

Que se passe-t-il à cette période ?

Selon les professionnels de santé, au 3ème âge du vieillissement, le corps humain redevient plus sensible. A cette période, la personne peut sentir qu’elle a plus de mal à maîtriser ses émotions. Des émotions négatives plus intenses et répétitives surviennent, ce qui peut nuire à sa santé mentale et à sa santé physique, mais aussi influencer ses comportements. C’est cette instabilité émotionnelle que l’on appelle « trouble de l’humeur ».

Quelles troubles de l’humeur subissent-ils ?

Il s’agit notamment de la dépression. C’est un trouble de l’humeur difficile à détecter qui affecte la plupart des personnes,à partir d’un certain âge. Le trouble dépressif peut se montrer comme une angoisse, une réaction d’inquiétude, des douleurs intenses munis d’une difficulté de déplacement, un trouble de la mémoire mais aussi une perte d’intérêt pour soi-même. Cela peut engendrer jusqu’à une dégradation physique comme les troubles du sommeil et de l’appétit mais également cognitifs, en parlant de la mémoire, de l’attention et de la concentration.

Apparemment, la persistance de cette dépression peut entraîner un nouveau trouble psychologique comme l’apathie. Cette dernière se définit comme une perte de motivation, de désir et d’émotion. Elle est généralement traduite par l’absence partielle ou totale de réponse à certains stimuli habituels. Chez les personnes du 3ème âge, l’apathie peut se montrer sous plusieurs formes comme l’absence d’émotions, de sensations et de désirs, un manque de motivation et d’initiative et la perte d’intérêt vis-à-vis d’autrui.

Mais l’agitation et l’agressivité font également partie des troubles d’humeur les plus fréquents chez les personnes du 3ème âge. Ils agissent sur l’état émotionnel et impulsif de la personne. Cela affecte la qualité de vie de la personne et ses relations interpersonnelles auprès de la famille, les soignants et les autres résidents.

Catégories : Troisième âge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *